si tu n'as pas étudié, voyage...

Depuis 1982 mes petits et grands voyages autour du monde sont l'occasion d'engranger une moisson d'images saturées d'informations sur la vie,dans les paysages du monde entier,entre photographies et carnet de route ...

Djebel Silsileh

Publié le 6/03/2017, par denis martin , Nile River

Mercredi 9 mars 2011

C’est ici l’endroit le plus étroit entre Louxor et Assouan.

Selon une ancienne tradition arabe,  une chaîne aurait été tendue au travers du fleuve pour entraver la navigation, mais aujourd’hui rien de tout cela ! Le Gebel el-Silsila, qui signifie "Montagne de la Chaîne" est une carrière abandonnée. Les gros ferry n'y approchant pas, elle n'accueille, aujourd'hui que les freles esquifs ou les touristes en sandals.

 

 

Exploitée au Nouvel Empire pour son grés d'une qualité incomparable, cette montagne permit aux pharaons de couvrir l’Egypte de temples à leur gloire et à celle de leur dieux. Nous accostons là où jadis, des milliers d’embarcations sont venues s’amarrer, attendant que la crue monte, pour transporter d’immenses blocs vers Abydos, Louxor ou Karnak. Nous découvrons plus qu’un chantier. C’est un lieu de mémoire, presque vivant, comme en témoignent les marques des carriers, les stèles, les sanctuaires et les cénotaphes (des tombeaux vides) de  nombreux rois.

Nous rendons ainsi visite à Thoutmôsis III, Hatchepsout, Séthy 1er, Ramsès II, Ramsès III, et d’autres illustres notables du Nouvel Empire. Cependant, le spéos d'Horemheb est le monument le plus important du site... Les spéos sont des temples creusés dans la roche, celui d’Abu Simbel est le plus connu. Horemheb, d’origine modeste, dédie ce temple à plusieurs divinités, dont le local Sobek. Mais le pharaon, certainement très narcissique, s’est lui-même divinisé offrant des papyrus à Thot et Hathor, piétinant ses ennemis ou exhibant ses prisonniers.

Après la mort d'Horemheb, ce spéos subit des remaniements Les tagueurs antiques, successeurs du pharaon ont gravé leurs signatures là où il restait de la place.

A l’extérieur du petit sanctuaire, au fond de la galerie couverte, est assis un vieil homme. Je ne l’avais pas remarqué. Fièrement, il prend la pose.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

La carte des lieux visités


Mes albums photos

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog