si tu n'as pas étudié, voyage...

Depuis 1982 mes petits et grands voyages autour du monde sont l'occasion d'engranger une moisson d'images saturées d'informations sur la vie,dans les paysages du monde entier,entre photographies et carnet de route ...

Ethiopie: sur la route historique

Publié le 28/02/2017, par denis martin , Hawzēn

Mardi 5 mars 2013 ; 10 heures

Gheralta mountains , Ethiopie.

 

-« Le pied gauche ici, le pied droit là,

Left hand here, right here…”

Avec difficulté je parviens à me hisser jusqu’à la prise suivante.

Parfois je dois laisser aller mon pied nu trouver un point d’appui car mes bras ne sont pas assez longs pour attraper le suivant. Je suis alors poussé au derrière ou hissé par des mains salvatrices.

L'église d’Abuna Yemata est sculptée sur la falaise de l'une des montagnes de Guh et il n'y a ni cordes, ni de chaînes ni rambardes pour l'escalade. Juste des points d'ancrage et des trous irréguliers creusés dans la paroi rocheuse et quelques branches mortes servant accessoirement de rampe.  Parvenu au balcon, nous nous asseyons à l’entrée d’une grotte et à l’ombre d’un genévrier. A moins d’ignorer le vertige, cet endroit est la partie la plus terrifiante de l’ascension. En effet, juste avant l'entrée de l'église, il y a une étroite corniche taillée dans la falaise verticale. Une étourderie et c'est la chute une centaine de mètres plus bas.

Abune Yemata est l'une des cent vingt églises rupestres des Gheralta. On l’atteint à partir de la ville historique de Hawzien, à quatre kilomètres du village de Megab, en gardant l'escarpement à sa gauche.

 

 

Le paysage a un coté western, une sorte d’Arizona éthiopien, sans chevaux ni desperados, mais avec chèvres, poussière et cactus.

 Nous quittons notre diligence et Mesfin au bout de la piste.
Une petite compagnie nous attend.  Encore trente minutes de marche et nous serons au pied de l’éperon vertical, là où il faut se déchausser. Beaucoup abandonnent ici.

Hervé et moi relevons le défi.

 

L'effort de monter, est cependant grandement récompensé. Cachée au cœur des falaises abruptes du massif, taillée dans la roche, l’église abrite Christ , apôtres et Saints syriens dans un grand raffinement. Bien que Yemata, aussi appelé Libanos soit arrivé dans le Tigré au 6ème siècle, ces peintures très colorées et bien conservées sont attribuées au 15ème siècle.

Le soleil tape dur, mais à l’intérieur, l’air est frais. On ne s’y éclaire plus à la bougie mais de laides ampoules (même pas Led) pendent des murs.

 

L’ensemble, soutenu par plusieurs colonnes est plutôt petit : six mètres sur quatre et trois mètres de haut.

Au plafond, neuf des douze apôtres sont représentés disposés en cercle.

Un autre dôme peint représente huit des neuf saints syriens, responsables, selon les écrits, de l’évangélisation du pays.

Abune Yemata, le neuvième est  montré sur le dos de son cheval sur l'un des murs.

 

 

Toutes ces merveilles sont décrites comme les plus sophistiquées trouvées  à ce jour dans le Tigré. Ici les gens, les choses, les lieux et les cérémonies sont restées presque inchangés depuis plus de mille ans : c’est l'église la plus rare dans l'endroit le plus insolite au monde que j’aie pu admirer, un lieu qui semble plus proche du ciel que de la terre.

 Malheureusement ou pas, les chinois bâtissent une route nouvelle et l'inaccessibilité du site ne sera bientôt plus qu’un souvenir.
 

 

http://www.flickr.com/photos/denmartin/sets/72157633180187702/

 

Mars 2013

La Randonnée dans le parc du Simien ; quatre jours , trois nuits sous la tente.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un album sur Flickr

https://www.flickr.com/photos/denmartin/albums/72157633028956858

 

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

La carte des lieux visités


Mes albums photos

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog