si tu n'as pas étudié, voyage...

Depuis 1982 mes petits et grands voyages autour du monde sont l'occasion d'engranger une moisson d'images saturées d'informations sur la vie,dans les paysages du monde entier,entre photographies et carnet de route ...

route historique du nord

Publié le 20/03/2013, par denis martin , Ethiopie

 

A la rencontre des populations tigréennes et amhriques, avec Jean François et Hervé, deux amis avec qui j’étais allé au Yemen, il y a six ans avec quatre jours d'une magnifique randonnée dans le parc du Simien. 

 

Abel, moi, JF, Mesfin, Hervé

 

L’Ethiopie pays est loin des clichés véhiculés en France : ce n’est pas le désert !

Sur les hautes Terres centrales, où nous étions, la saison sèche se traduit par un climat tempéré entre 20 et 25 degrés. Le pays est verdoyant, les deux tiers sont de riches plateaux situés à plus de 2000 m, un peu plus aride dans le Tigré au nord.

 Situé près de l’équateur entre  3° et le 14° de latitude nord, c’est le passage d’une altitude à une autre qui marque le climat, la flore et la faune. Pas de températures excessives donc à cette époque de l’année, sauf dans quelques vallées (Tezeké river). Pas de moustiques en nombres (mais quelques uns sur le Lac Tana, à Gonder, à Axum, à Mekele, à Lalibela, à Kombolcha (un peu plus, moustiquaire pour la nuit): mais des mesures préventives suffisent à les éloigner (prévoir deux bombes de répulsif pour 15 jours).

 

 Pas d’insécurité, mais attention aux nids de poules, aux routes en général qui sont empruntées par hommes et animaux à toute heure. (Même la nuit) Je recommande de bien choisir son moyen de transport. Evitez la voiture particulière, les bus (ils s’arrêtent partout et les gens étouffent à l’intérieur, mais très convivial si vous aimez). Choisissez une agence locale, contactez la par Internet, et envoyez une avance (25%) par Western Union (frais très peu élevés pour l’Afrique). Le moyen est sûr et je donnerai des adresses fiables en fin de lecture.

 Ainsi nous étions 3 touristes et un chauffeur (inutile de prendre un guide pour les 15 jours car de toute façon sur chaque site, un autre vous attend)

Pour la randonnée dans le parc du Simien, nous avons opté pour trois nuits.

Attention aux maux de tête, l’altitude varie de 3000 à 4000m (A ce propos voici un remède népalais infaillible : la gousse d’ail (ne pas hésiter à en prendre) de toute façon, on n’embrasse personne et on est couvert de poussière au bout de la journée. Les marches sont longues (7-8 heures), le dénivelé assez important et même à cette altitude on crève de chaud. Par contre , les nuits sont froides ; duvet et bonnet sont les bienvenus.

 

L’eau étant rare, il faut prendre un bon paquet de lingettes et des sous vêtements de rechange en nombre. Il est bien de les laisser ensuite aux muletiers, scouts, guides qui vous accompagnent. 

 La religion est très présente dans la vie quotidienne et un minimum de tenue s’imposent dans les visites d’églises où il faut se déchausser souvent : celui ou celle qui n’aime pas être pieds nus prendra des chaussons de protection et les autres se boucheront le nez.

 La photo numérique permettant tout, j’ai vu pas mal de «  photographes » qui  sans gêne s’offraient de gros plans à quelques centimètres des visages des enfants, ou leur faisant prendre une pose comme on déplace un vase. Un petit billet pour cacher la honte et le tour était joué.

Le pays Amhara est très propre, la faute au manque de bois : tout est bon à brûler !

A l’eucalyptus aussi, là où il pousse la terre s’appauvrit.

Les sites historiques sont à ne pas manquer, il ne faut pas se priver de la visite guidée (en anglais) c’est très instructif ! Laissez tomber le français, et apprenez quelques mots d’amharique ; cela produira un effet magique.

 Les églises perchées du Tigré sont une merveille, mais leur ascension peut s’avérer très périlleuse (surtout Abuna Yemata Guh : escalade pieds nus sans filet, et dix mètres d’une corniche avec 100 mètres d’à pic sous vos pieds). Impossible à faire sans guide ni clé pour ouvrir la porte.

Les hippos du lac Tana ne sont jamais là que le matin ou le soir ; «  pourquoi nous y emmener à midi ?

Avec de la chance, nous avons vu la rare antilope walya (un petit bouquetin) endémique du Simien, mais pas le léopard, ni le chacal rouge. Par contre des hordes de singes poilus géladas se baladent sur les mêmes sentiers que nous : A filmer, mais pas de trop près quand même !

Les puces fréquentent parfois la literie, un sac à viande peut s’avérer utile.

 La mendicité est parfois pesante comme à Lalibela, mais donner n’est pas la solution. Un échange est plus fructueux. Les enfants, les jeunes aiment parler. Echanger des adresses mail est possible, il existe pas mal de cybercafés. Mais la connexion n’est pas toujours au rendez vous (pas la peine de charger vos envois de photos)

  En général, si les gens sont très amicaux,  ce n’est pas le paradis pour autant. L’espérance de vie est de 59 ans, les inégalités entre les sexes sont plus marquées à la campagne qu’à la ville. Tous les jeunes vont à l’école, ont une soif d’apprendre qui fait plaisir à entendre, certains un anglais très correct à douze ans, et d’autres récitent par cœur les capitales d’Europe, ou la vie de nos dirigeants. Nos élèves ici devraient en prendre de la graine. !

Car pour nombre d’entre eux, l’autre moitié de la journée c’est en cireur de chaussures, gardien de troupeau, vendeur de chewing gum, qu’ils révisent leurs leçons.

 En ces temps difficile pour le tourisme  je ne peux que recommander cette destination qui jouit d’un climat favorable, d’une riche culture, d’une nature époustouflante et d’un calme politique  (à ce jour).

Il y flotte un doux parfum d’aventure dont le point d’orgue aura été les douze heures de voitures pour  faire 24 km ou le Mercato, le plus grand marché d’Afrique où sur 200 hectares tout se négocie , se vend , et se recycle.

Merci à Abel Seyoum à Addis qui nous a organisé ce voyage.

à notre chauffeur Habte Mesfin qui nous a conduit avec prudence sur les routes d'Ethiopie

à Dejen Gestie de Debark qui nous a accompagné pendant ces trois journées dans le Simien.

et à toutes les personnes que nous avons rencontrées et qui ont rendu ce voyage passionnant.

Pour les adresses merci de me contacter

denismrtin@gmail.com

 

des albums photos sur flickr

http://www.flickr.com/photos/denmartin/collections/72157633100069858/

 

 

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Commentaire sans titre

    Publié le 21/03/2013 par Greet de Bruijne
    Good to hear you liked to travel safely around with Mesfin, our friend and driver during many years. We already visited Ethiopia 13 times. Enjoy it every time and also support schools in Arsi Negelle more than 10 years.

La carte des lieux visités


Mes albums photos

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog